L’avenir incertain des Halles de Paris (1968)

« Après le transfert des Halles à Rungis : Que deviendra le vieux quartier parisien ? »
Les Actualités Françaises
12/03/1968

 

L’ensemble des constructions métalliques que l’architecte Baltard édifia à partir de 1851, passe pour l’un des premiers et des plus remarquables exemples de l’architecture du fer.


Comment cette vidéo éclaire le patrimoine?

A Rungis, les travaux sont avancés et le futur Marché d’Intérêt National accueillera prochainement les activités commerciales des Halles centrales. Pendant ce temps à Paris, le sort des pavillons de Baltard est toujours incertain.

Ce document montre un éveil de la sensibilité collective à l’architecture des pavillons, qui n’était pas considérée remarquable jusqu’alors.

Toutefois, la plus grosse source d’inquiétude est à ce moment là davantage ce qui remplacera les Halles centrales. Les maquettes exposées à l’hôtel de ville suscitent la circonspection, sinon l’inquiétude, des Parisiens.


Commentaires

Analyse média

Les films documentaires de ce type n’ont pas été diffusés à la télévision mais au cinéma. Jusque dans les années 1970 environ, avant la projection de chaque long métrage, les spectateurs voyaient une séquence d’actualités. Ces films ont disparus à cause de la concurrence de la télévision.

Détail à noter
Ce document propose quelques une des plus belles vues des pavillons et de la bourse de commerce, notamment par ses plans surplombants pris en hauteur qui offre un panorama complet du quartier. Les séquences intérieures mettent également en valeur l’espace des pavillons avec les plans zénitaux.

Plus de vidéos
Dans la Patrimathèque
Un reportage postérieur sur les tentatives de sauvetage des pavillons des Halles ▶︎


Sur ina.fr

Un reportage sur Ménilmontant-Belleveille, autre quartier populaire de Paris qui était également menacé de destruction ▶︎

Thématiques à explorer
#les Halles de Paris ▶︎
#années 1970: la métamorphose des centre-villes ▶︎

Document bonus

Les pavillons des Halles vus par Emile Zola 


A découvrir

L’église Saint-Eustache qui domine toujours le quartier des Halles ▶︎


Idée de visite

Le pavillon Baltard, à Nogent-sur-Marne, seul survivant du quartier parisien ▶︎


L’avenir incertain des Halles de Paris (1968)

Description des pavillons par Emile Zola


     « Et Florent regardait les grandes Halles sortir de l’ombre, sortir du rêve, où il les avait vues, allongeant à l’infini leurs palais à jour. Elles se solidifiaient, d’un gris verdâtre, plus géantes encore, avec leur mâture prodigieuse, supportant les nappes sans fin de leurs toits. Elles entassaient leurs masses géométriques ; et, quand toutes les clartés intérieures furent éteintes, qu’elles baignèrent dans le jour levant, carrées, uniformes, elles apparurent comme une machine moderne, hors de toute mesure, quelque machine à vapeur, quelque chaudière destinée à la digestion d’un peuple, gigantesque ventre de métal, boulonné, rivé, fait de bois, de verre et de fonte, d’une élégance et d’une puissance de moteur mécanique, fonctionnant là, avec la chaleur du chauffage, l’étourdissement, le branle furieux des roues. »

 

Emile Zola, Le ventre de Paris, 1973, chapitre 1