Chefs d’œuvre en péril: les quartiers anciens (1964)



« Au secours des quartiers anciens »
Chefs d’œuvre en péril
06/05/1964
2e chaîne

 

Les époques précédentes s’étaient contentées de souiller et d’abimer. La nôtre est plus expéditive : elle a décidé de tout raser.

Comment cette vidéo éclaire le patrimoine?

Cette séquence est extraite du tout premier numéro de l’émission Chefs d’œuvre en péril, première émission de télévision spécialisée sur le patrimoine. Les deux premières émissions sont consacrées au problème des quartiers anciens, et cet extrait est centré sur le cas de la ville de Metz.
Pierre de Lagarde s’insurge que de vieux ensembles soient menacés de disparition dans le but de faciliter la circulation urbaine.

Ici, il pointe l’aberration, selon lui, de la hiérarchie des valeurs de son époque qui attribue plus d’importance à l’automobile qu’aux richesses anciennes dont disposent les villes historiques comme Metz.

Même s’il qualifie les immeubles des vieux quartiers de « taudis » et de « nids à rats », Pierre de Lagarde souhaite leur conservation et leur remise en état. S’ils n’avaient pas été aussi négligés ces dernières décennies, ils seraient vivables, affirme-t-il.

Avec son émission Chefs d’œuvre en péril, Pierre de Lagarde veut ouvrir les yeux des téléspectateurs sur ce qui sera bientôt considéré comme du « patrimoine »..


Commentaires

Analyse média

Dans ce court extrait, on peut percevoir tout l’esprit de l’émission Chef d’œuvre en péril, qui se prolongera jusqu’en 1991. Chaque émission suivante sera toujours problématisée autour de la nécessité de préserver le patrimoine. Le ton polémique et les images choc sont les ingrédients récurrents de ce programme.

Détail à noter
Une musique angoissante se fait entendre pendant la scène de démolition d’un immeuble. C’est le genre de moyen qu’utilise Pierre de Lagarde pour alerter et émouvoir le téléspectateur. Cela sera repris par d’autres émissions à sa suite

Plus de vidéos
Dans la Patrimathèque
Un reportage sur le vieux quartier Saint-Leu, à Amiens, qui attendait toujours d’être rénové en 1975 ▶︎


Sur ina.fr

Un film antérieur (1950) qui s’alarmait de l’état de délabrement du patrimoine artistique de la France (« Les châteaux de France crient la grande misère des vieilles pierres qui ne veulent pas disparaître »▶︎

Qui est-ce?

Fiche biographique de Pierre de Lagarde ▶︎

Thématiques à explorer
#années 1960: les quartiers anciens sont menacés ▶︎
#les vieux quartiers  ▶︎

Document bonus

Lisez le document de l’ORTF annonçant le tout premier numéro de Chef d’œuvre en péril, émission pionnière sur le patrimoine  ▶︎

Un article écrit par Pierre de Lagarde en 1965 dans lequel il présente cette nouvelle émission  ▶︎


A découvrir

Le vieux Metz et le quartier de l’Ancienne-Ville ▶︎


Idée de visite

Le tourisme à Metz ▶︎


Chefs d’œuvre en péril: les quartiers anciens (1964)
Bulletin de presse RTF, du 3 au 9 mai 1964
 
2e chaine,
21h40 : « Chefs d’œuvre en péril »
« Les quartiers anciens »
Une série d’émissions de Pierre de Lagarde
    Cette série d’émissions mensuelles de Pierre de Lagarde a pour but d’alerter l’opinion sur les périls que court le patrimoine artistique de la France.
    La première émission que nous verrons ce soir est consacrée aux destructions massives opérées dans les quartiers anciens.
    Les Français sont sensibles au charme, à l’harmonie, au pittoresque des vieilles villes étrangères, mais restent absolument indifférents au sort qui est fait à celles, encore plus belles, qu’ils habitent :
A Troyes, de très beaux hôtels sont à l’abandon. A Paris, l’on envisage de détruire le quartier des Halles. A Angers, on démolit le quartier de la Doutre. Nous verrons enfin la destruction en cours de quelques très beaux hôtels de Metz.
    Les vieux quartiers sont insalubres et impropres à la circulation. Ils doivent être rasés affirment leurs adversaires.
    Est-ce si sûr ? Ces quartiers ne peuvent-ils trouver une nouvelle affectation en devenant des quartiers d’art, pour antiquaires, touristes, libraires. Ne pourrait-on pas en faire des îlots de calme et de repos préservés au milieu de l’agitation moderne et au cœur de l’habitat concentrationnaire qui nous est promis.
    Cette question sera abordée lors de la seconde émission.

Présentation de Chefs d'œuvre en péril par Pierre de Lagarde en 1965
 

    C’est tout à fait par hasard que j’ai eu l’idée de lancer une campagne pour la protection des monuments historiques en France.
    Un jour, alors que j’appartenais à l’équipe du "Journal parlé", mon rédacteur en chef m’envoya en Normandie enquêter sur la disparition de statues d’Eglises. Sujet bien mince, me semblait-il.
    Pourtant, sur place, je changeai d’avis. Sans doute, ni le maire ni le curé qui étaient responsables de la disparition de ces statues ne voulurent répondre à mes questions, mais je découvris au fond d’une église une carte postale représentant une petite Sainte-Barbe du XVe siècle avec une chevelure de Mélisande. Ce fut le coup de foudre. Comment avait-on pu faire disparaitre de gaieté de cœur une statue de cette importance et de cette beauté ?
    Revenu à Paris, je me lançai au micro dans un compte rendu indigné. Dans les jours qui suivirent, quarante lettres d’auditeurs m’étaient adressées.
    J’en fus stupéfait. Jusqu’à présent, j’avais cru que pour recevoir du courrier, il fallait s’appeler Brigitte Bardot, ou, plus modestement… faire des fautes de français. Or je m’apercevais que les monuments de leur pays intéressaient un grand nombre de mes compatriotes.

    C’était là un phénomène nouveau.
    Car le même reportage diffusé trente ans plus tôt, aurait suscité certainement de bien moindres réactions.

Pierre de Lagarde, « Chefs d’œuvre en péril »,
Les cahiers littéraires ORTF, 3e année, n°18, 20 juin 1965, p. 20-23