Les Halles de Paris en sursis (1971)



« Baltard j’achète »
Objectifs
11/06/1971
1ère chaîne

 

C’est un problème français mais tout le monde doit s’y intéresser. Sur le plan artistique et architectural, c’est un problème mondial, d’humanité.

Comment cette vidéo éclaire le patrimoine?

Un banquier américain et francophile, Orrin Hein, est arrivé en France le 5 juin 1971 avec l’objectif d’arracher les pavillons à leur sort. Pendant quelques semaines, il multiplie les rencontre avec des responsables des administrations concernées, tient des conférences de presse, accorde des entretiens aux médias. Il souhaite les démonter pour les transporter aux Etats-Unis et en faire un centre socio-culturel, un lieu de rencontre et d’animations, dans le prolongement de ce qu’il s’est fait aux Halles depuis le déménagement du marché.

Orrin Hein déplore que les Français s’en désintéressent. Il s’appuie tout de même sur les arguments de spécialistes d’art et d’architecture qui ont établi la valeur historique et architectural des pavillons. Le directeur de l’urbanisme, même s’il ne les dément pas, explique que le quartier doit être modernisé. Les besoins de la circulation l’exigent, tout comme la réorganisation de la vie et de l’accueil dans le quartier.


Commentaires

Analyse média

Ce reportage a été diffusé dans les dernières semaines de la vie des pavillons des Halles. Les médias et Paris sont secoués par une vive (et ancienne) polémique car une partie de l’opinion ne souhaite pas leur destruction. De nombreux reportages ont été diffusés à ce moment sur les derniers moments des Halles. Il n’est donc pas tout à fait vrai que les Français s’en désintéressaient, car, tardivement, ils s’étaient passionnés pour les Halles.

Détail à noter
Le plan de caméra en contre-plongée sur Orrin Hein est destiné à héroïser le personnage.

Plus de vidéos
Dans la Patrimathèque
Une vidéo qui critique la destruction des Halles et le projet architectural qui doit s’installer dans le quartier ▶︎


Sur ina.fr

Un petit reportage sur le début de la démolition des pavillons quelques mois plus tard, après que l’agitation médiatique est retombée ▶︎

Thématiques à explorer
#l’architecture du XIXe et du XXe siècle ▶︎
#les Halles de Paris
 ▶︎

Document bonus

Une description des pavillons de Baltard par Emile Zola ▶︎


A découvrir

Le pavillon Baltard à Nogent-sur-Marne, seul survivant de la destruction du quartier ▶︎


Les Halles de Paris en sursis (1971)

Description des pavillons par Emile Zola


     « Et Florent regardait les grandes Halles sortir de l’ombre, sortir du rêve, où il les avait vues, allongeant à l’infini leurs palais à jour. Elles se solidifiaient, d’un gris verdâtre, plus géantes encore, avec leur mâture prodigieuse, supportant les nappes sans fin de leurs toits. Elles entassaient leurs masses géométriques ; et, quand toutes les clartés intérieures furent éteintes, qu’elles baignèrent dans le jour levant, carrées, uniformes, elles apparurent comme une machine moderne, hors de toute mesure, quelque machine à vapeur, quelque chaudière destinée à la digestion d’un peuple, gigantesque ventre de métal, boulonné, rivé, fait de bois, de verre et de fonte, d’une élégance et d’une puissance de moteur mécanique, fonctionnant là, avec la chaleur du chauffage, l’étourdissement, le branle furieux des roues. »

 

Emile Zola, Le ventre de Paris, 1973, chapitre 1