Fiche biographique: Louis Bériot et Michel Péricard

 

 

 

 

 

 

Louis Bériot et
Michel Péricard

 

 

Louis Bériot (1939–)

Au moment où il créée La France défigurée avec Michel Péricard, Louis Bériot est déjà journaliste depuis plusieurs années à France-Soir. Il y est responsable d’un large domaine qui recouvre l’immobilier, l’urbanisme et l’environnement, et se trouve donc être d’un des rares journalistes spécialisés sur l’environnement des années 1960 et 1970 (avec Marc Ambroise-Rendu au Monde).

Dans France-Soir, Louis Bériot publie notamment chaque semaine une page nommée « Le crible » dans laquelle il juge les nouveaux aménagements et les constructions immobilières en cours. Il critique particulièrement les édifices qui s’intègrent mal dans leur environnement et qui dénaturent le paysage. Cette rubrique préfigure ainsi La France défigurée. Suite à un désaccord avec sa direction, il fait jouer sa clause de conscience et démissionne du journal en 1972.

A cette même époque, il se montre très critique sur le nouvel urbanisme parisien, déplore les gratte-ciels de La Défense et en particulier la Tour Montparnasse. Il y consacre même un reportage* à la demande de Michel Péricard, qui travaille alors à la télévision.

 

Michel Péricard (1929-1999)

Michel Péricard entre à la RTF en 1959 comme reporter à la célèbre émission Cinq colonnes à la Une.

Gaulliste, engagé politiquement, il collabore aux cabinets de François Missoffe (ministre de la Jeunesse et des Sports de 1966 à 1968), d’Yves Guénat (ministre des Postes et Télécommunications de 1968 à 1969) et de Bernard Pons (secrétaire d’Etat à l’agriculture de 1969 à 1973).

De retour à la télévision en 1971, il est rédacteur en chef des journaux de la première chaîne.

 

*

Les deux hommes s’associent pour créer La France défigurée qui débute à l’été 1971. Leurs enquêtes sont appréciées du public et de plusieurs associations de défense de l’environnement, mais font aussi grincer des dents, notamment dans le milieu des promoteurs immobiliers et des aménageurs. Dans leur livre commun publié en 1973**, ils racontent que les élus locaux mis en cause dans leurs reportages se sont montrés souvent menaçants et brusques, parfois même violents à leur égard.

Même si Michel Péricard est relativement protégé par sa proximité avec la majorité au pouvoir, les deux journalistes subissent des pressions de la part de politiques. Le président de la République lui-même, Georges Pompidou, était partagé sur l’émission, dont il aimait « l’esprit mais pas le titre. » Ils sont contraints de voir la diffusion de La France défigurée déplacée à une heure de moindre écoute, le samedi midi au lieu du dimanche en fin de journée. Après quoi l’émission est amputée de la moitié de sa durée originelle, et son rythme de diffusion est réduit à une fois tous les deux mois. Ces changements imposés par la direction ont progressivement réduit l’audience de l’émission donc son influence. Elle s’arrête définitivement en 1978.

 

*

Michel Péricard met fin à sa carrière journalistique en 1977 pour devenir maire de Saint-Germain-en-Laye, puis député des Yvelines en 1978. La même année, Louis Bériot est nommé directeur des journaux et des magazines d’Antenne 2. Sur cette chaîne, il crée deux magazines : l’un quotidien, C’est la vie, présenté par le journaliste Noël Mamère, l’autre hebdomadaire, Question de temps, qu’il présente en personne. Ces deux émissions accordent une large part à l’écologie, poursuivant le travail de sensibilisation entamé dans La France défigurée.

En 1995, alors qu’il est directeur d’Antenne 2, Louis Bériot donne une suite à son émission phare et lance, au courant de l’été, La France défigurée vingt ans après. Les reportages reviennent sur certains dossiers chauds traités dans la première émission, et montrent les progrès accomplis en France dans le domaine de l’environnement, et ceux qui restent à faire.

(de gauche à droite: Michel Péricard et Louis Bériot)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* « Profession: promoteur immobilier », Plein cadre, réalisation Bernard d’Abrigeon, 17 mars 1972, Antenne 2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

** Michel Péricard et Louis Bériot, La France défigurée, Stock, 1973, 382 p.

 

 

 

Fiche biographique: Louis Bériot et Michel Péricard