Fiche: divertissement et patrimoine

 

fiche analyse

 

sommaire du dossier

  • une visibilité croissante
  • la banalisation du patrimoine
  • des programmes pour des publics spécifiques
  • le divertissement
  • les belles images
  • l’homogénéité des programmes
  • quand la télévision vient au secours du patrimoine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

autre fiche

  • Comment le patrimoine est-il devenu populaire?

à voir sur ina.fr

  • Exemple d’un traitement léger: un sujet qui montre le patrimoine de Toulouse vu par un chien

 

 

 

Comment le patrimoine s’est invité dans des programmes de divertissement ?

 

Quand il apparait à la télévision, le patrimoine est traité uniquement dans des documentaires historiques et géographiques, des programmes de découverte, des reportages d’information ou des magazines régionaux. Avec le temps, il est intégré dans un nombre croissant de genres télévisuels, et même dans le divertissement.

A chaque fois, des précautions sont prises pour conserver un ton et un discours qui s’accordent avec l’image traditionnellement culturelle du patrimoine, alors que les genres du divertissement pouvaient faire craindre de tirer le sujet vers le bas.

 

Dans les jeux télévisés

Le jeu télévisé est un genre populaire qui incarne une large part du divertissement à la télévision. Le patrimoine culturel a été intégré à trois jeux télévisés depuis 1980: Tous contre trois, Cherchez la France et La carte aux trésors. Ces cas sont très intéressants car il y a a priori une contradiction entre ce genre télévisuel, très populaire, et ce sujet, généralement considéré prestigieux et culturel. Mais le propos reste toujours respectueux, sinon élogieux, pour les héritages du passé.

Un jeu télévisé sur le patrimoine (1980)
Cherchez la France: Nancy (1990)
La carte aux trésors en Périgord (2005)

 

 

 

 

 

 

 

Dans les émissions sportives

Etape à Brive-la-Gaillarde en marge du Tour de France (1997)
La cathédrale d’Amiens retrouve ses couleurs (2004)

Depuis les années 1950, les retransmissions télévisées du Tour de France ont toujours accordent place aux paysages et aux monuments des territoires traversés. Cette place a d’abord été modeste, et il faut attendre les années 1980 et 1990 pour voir de longs reportages très soignés sur le patrimoine qui entoure les étapes cyclistes. Deux émissions des années 1990-2000 ont systématiquement parlé du patrimoine des villes étapes, Sur la route du Tour et Autour du Tour.

 

Des canulars sur le patrimoine

Les trois canulars ici présentés prennent place dans de faux journaux télévisés. A chaque fois, le ressort humoristique repose sur le caractère choquant de l’information. Chacun de ces canulars souligne au final l’attachement des Français au patrimoine.

Canular : du pétrole sous l’arc de triomphe (1964)
Canular: monuments à vendre (1966)
Canular: une route va couper la place Stanislas (1987)

 

 

 

 

 

 

 

Bilan

Que révèle la présence de patrimoine dans des programmes habituellement identifiés comme de divertissement?

  • une popularisation du patrimoine (qui fait suite à sa démocratisation)
  • une plasticité du patrimoine à la télévision: ce sujet, pourtant étiqueté culturel dans les années 1950, a été jugé capable d’être importé dans tous les genres des programmes, même les genres les plus populaires.
  • une normalisation du patrimoine: après l’avoir jugé digne d’être traité seulement dans des documentaires et des reportages, les professionnels de télévision considèrent qu’il est possible de le traiter de manière plus légère.

 

Bibliographie
  • Catherine Bertho-Lavenir, « Le paysage derrière la roue. Le Tour de France à la télévision », in La télévision des Trente Glorieuses : culture et politique, Paris, CNRS éd, 2007.

Fiche: divertissement et patrimoine