Fiche: …et de leurs appareils fantastiques

 

fiche analyse

 

Sommaire du dossier

  • introduction
  • un sujet rare
  • à la découverte des métiers
  • redécouvrir les œuvres d’art
  • sauver les œuvres
  • les œuvres d’art au crible des scientifiques…
  • …et de leurs appareils fantastiques
  • les caméras de télévision dans les laboratoires
  • une entrée vers des sujets plus pointus

 

 

 

 

 fiche biographique

 

 

 

 

 

Les œuvres d’art passées au crible d’appareils fantastiques

 

Les émissions s’attardent toujours pour présenter les machines qui servent à préserver les œuvres. Le commentaire des journalistes vante systématiquement la modernité des appareils et les prouesses qu’ils sont capables d’accomplir: voir à travers la matière d’abord, décomposer les étapes du travail de l’artiste ensuite, identifier les fragilités profondes des tableaux.

Les journalistes aiment tout particulièrement montrer des techniques de pointe. Dans Les Secrets des chefs d’œuvre, il s’agit des rayonnements X, infrarouges et ultraviolets. Dans Objectif demain, ce sont les polymères et les radiations gamma (nucléaires). Enfin dans La marche du siècle (1996), c’est l’utilisation du laser qui retient l’intérêt des journalistes, et s’ajoute aux autres techniques déjà connues.

Malgré l’intervention de ces appareils formidables, le chef d’œuvre reste un chef d’œuvre, et aucune observation des scientifiques ne vient remettre en question ce statut. Magdeleine Hours affirme que son travail ne désacralise pas les œuvres. Laurent Broomhead, lui aussi, s’inquiète de ce que la « froide » science pourrait faire perdre leur « chaleur » aux œuvres, mais un scientifique le rassure en lui disant que son travail est destiné à préserver « l’émotion esthétique » qu’elles suscitent.

On a parfois dit que ces méthodes d’investigation retiraient au tableau ses mystères. Moi je n’en crois rien. Car je crois au contraire qu’il y a quelque chose de très émouvant à retrouver les étapes et à s’apercevoir qu’à tous les stades de la création, la beauté de l’œuvre nous est perceptible.

Magdeleine Hours, Les Secrets des chefs d’œuvre, 1er février 1970

Cet effort pédagogique de la conservatrice est très louable. Ses commentaires passionnés ont donné aux téléspectateur le goût de la science, à tel point qu’elle a du faire une émission spéciale, en novembre 1962, sur les coulisses de son laboratoire afin de satisfaire leur curiosité.

Fiche: …et de leurs appareils fantastiques