Fiche: géographie et patrimoine

 

 

fiche analyse

 

à retenir

  • C’est surtout le patrimoine national qui intéresse les Français
  • Certaines régions intéressent peu les Français (notamment l’outre-mer)
  • Le patrimoine sert de support à une image traditionnelle et stéréotypée de la France

 

 

autre fiche

  • Le patrimoine étranger ▶︎

 

carte

 

 

 

 

 

chronologie

  • années 1970: les campagnes en péril ▶︎

 

 

 

 

 

 

autre fiche

  • L’idéalisation de la France ▶︎

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

autre fiche

  • L’identité nationale ▶︎

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment le patrimoine et la géographie de la France sont-ils liés ?

 

Il y a aujourd’hui du patrimoine un peu partout sur le territoire. Pas une seule région, pas un seul petit coin de France n’a pas sa fierté locale, son héritage ancestral, son monument-mémoire. Cependant, tous les patrimoines ne sont pas, partout protégés. Plus encore, ils ne sont pas connus partout. On peut donc parler d’une inégalité entre les territoires puisque tous les patrimoines ne sont pas traités de la même façon.

Quand les spécialistes, les politiques ou les médias parlent de patrimoine, il y a des tendance fortes: certains lieux reviennent, d’autres sont négligés.

Alors, quand on nous parle de patrimoine, que voit-on de la géographie?

 

Essentiellement la France

  • Les Français sont intéressés avant tout par le patrimoine national. C’est pourquoi les livres, magazines et émissions de télévision sur le sujet vont se limiter à la France.
  • Le patrimoine étranger et relégué, et souvent traité sous un angle touristique. Il n’est presque jamais pris en compte.

 

Une représentation sélective du patrimoine

  • Parler de patrimoine, en France, c’est d’abord parler de celui de métropole. Les territoires d’outre-mer intéressent peu les Français de manière général, son patrimoine également.
  • Les sites phare sont privilégiés: Versailles sont son palais et ses jardins, Paris pour l’accumulation de monuments et de sites historiques, mais aussi souvent les grandes et moyennes villes des régions qui disposent d’un quartier ancien.
  • Certains lieux sont privilégiés car certains patrimoines sont privilégiés: les châteaux et édifices religieux ont fortement tendance à être préférés aux autres patrimoines. Leur présence est parfois écrasante, au détriment des sites plus modestes et des objets plus populaires

 

Une représentation traditionnelle du territoire

  • Malgré la forte présence de plusieurs grandes villes, le monde rural est aussi très fortement considéré, pour son patrimoine existant ou celui menacé par les aménagements.
  • Le monde rural est représenté de façon un peu passéiste, avec des activités traditionnelles, des formes d’habitat ancien, des modes de vie en passe de disparaitre.
  • Dans les discours il y a toujours une opposition villes-campagnes qui ne correspond plus à la réalité des territoires depuis les années 1990: le rural est de plus en plus gagné par une forme intermédiaire qu’est le périurbain.
  • Le monde rural est représenté comme un territoire fragile et menacé, que les citadins doivent protéger parce qu’il serait incapable de survivre sans aide extérieure.

 

Une représentation stéréotypée du territoire

  • Les villes sont réduites à leur centre historique, à leurs monuments emblématiques et à leurs lieux remarquables
  • Certaines régions, petites ou grandes, sont rapportées uniquement à des objets ou des traits culturels précis en faisant abstraction de la variété et de la diversité de leur territoire. On dit alors que ces territoires sont essentialisés.
  • On peut même parler dans certains cas d’une représentation idéalisée du territoire (ceci fait l’objet d’une fiche séparée)
Le pont d’Avignon en péril (1963)

 

A la télévision par exemple, il y a une nette différence entre les années 1950 et les années 1970:

  • Années 1950: les programmes montrent quasi exclusivement le patrimoine des grandes villes, le patrimoine « noble » (cathédrales, forteresses), les lieux les plus connus et déjà bien appréciés.
  • Années 1970: des programmes plus ambitieux montrent qu’il y a du patrimoine partout sur le
    La vallée des anges mise en danger par une autoroute (1978)

    territoire ; et que même si certains lieux et certains édifices sont peu connus et attirent peu le regard, ils contribuent aussi à la richesse de la France.

 

Bilan

Jusque dans les années 1970, c’est une géographie très classique qui est associée au patrimoine: elle repose sur une diversité de paysages, de traditions, de modes de vie. La France et présentée comme un espace riche de diversité, mais bel et bien uni dans une même nation.

Ce que les médias nous montrent conforte bien souvent les représentations collectives stéréotypées sur la France. On a vu dans les années 1980 et 1990 des tentatives pour briser ces représentations réductrices et our aller au-delà des clichés. Malgré quoi, les médias des années 2000 et 2010 misent de nouveau sur des éléments emblématiques forts et des traits censés incarner l’identité des territoires: nous sommes donc aujourd’hui toujours soumis aux mêmes stéréotypes.

Bibliographie
  • Maryline CRIVELLO, « Des Croquis aux Conteurs. Une sensibilité au passé : mise en images, mise en récits. 1957-1974 », in La télévision des Trente Glorieuses : culture et politique, Paris, CNRS éd, 2007, p. 194.

Fiche: géographie et patrimoine