Fiche: le tourisme patrimonial

 

fiche analyse

 

à retenir

  • c’est une pratique banale de l’élite qui s’est diffusée auprès d’un nouveau public
  • les Français y sont incités par différents acteurs
  • le tourisme patrimonial est une rencontre avec la géographie et le passé de la France

 

autres fiches

  • Quand le patrimoine n’intéressait qu’une petite élite ▶︎
  • Comment le patrimoine est devenu populaire ▶︎

 

 

 

 

 

 

autres fiches

  • la fierté ▶︎
  • la carte postale ▶︎

carte

à voir sur Gallica

  • L’ouvrage d’Augustine Fouillé, Le tour de la France par deux enfants, écrit pour apprendre la lecture et le patriotisme aux petits Français

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment expliquer le succès du tourisme patrimonial ?

 

Le tourisme patrimonial commence précisément avec l’entrée de la société française dans l’âge patrimonial, soit dans les années 1960. A partir de ce moment là:

  • Le sujet gagne un intérêt inédit pour les Français
  • Il recouvre subitement des enjeux économiques nouveaux
  • Les politiques et les médias vont investir ce terrain

 

Une pratique nouvelle de la France des Trente Glorieuses

Au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, de plus en plus de Français se sont mis à faire des visites touristiques de sites patrimoniaux. Jusque dans les années 1950 et 1960, cela ne concernait qu’une élite aisée et cultivée ; les classes moyennes y ont pris goût à leur tour et de plus en plus de Français, lors de leurs vacances et le week-end, sont partis à la découverte des richesses de leur région et du reste de la France.

On peut donc parler d’une démocratisation du tourisme patrimonial. Il s’agit d’abord d’une conséquence de l’augmentation du temps de loisirs et de la hausse du niveau de vie en France, mais aussi un signe de l’intérêt croissant pour le patrimoine, qui est devenu de plus en plus accessible.

Parcours touristique en France (1951)


 

 

Voyez comment, dès 1951, les Français étaient incités à aller découvrir les richesses de leur pays:

 

 

 

Les richesses de Bourges (1956)

Dès les années 1960, le patrimoine est déjà une source de fierté pour les villes et leurs habitants. Chaque ville vante ses monuments lieux remarquables qui témoignent d’une grandeur historique et d’un passé glorieux. Ici, Bourges en région Centre, fait l’objet d’un reportage extrêmement flatteur, sur le mode de la carte postale:

Le tourisme patrimonial est devenu un enjeu économique fort: certaines villes ont besoin de ces touristes pour leur activité (hôtellerie, restauration, produits locaux).

 

Des origines diffuses

Il existe, en Europe, une vieille tradition de la visite des régions pittoresques, des lieux historiques et des monuments anciens. C’était la pratique du « Grand Tour » : du XVIe au XVIIIe siècle, la jeunesse dorée de France, Allemagne, Royaume-Uni, Pays Bas, parcourait l’Europe pour visiter et se cultiver. La France et l’Italie, en raison de leur grand nombre de ruines et de monuments, étaient des destinations privilégiées. Mais cette pratique « touristique » était réservée à une élite très fortunée.

Jusqu’au XIXe siècle les intellectuels aimaient aussi parcourir les sites historiques et archéologiques. Stendhal, par exemple, est tombé amoureux de l’Italie et a écrit des ouvrages suite à ses visites. La littérature, avec ses récits de voyage, restait donc le principal moyen d’évasion des Européens. Fin XIXe-début XXe, les petits Français découvraient leur pays avec un livre, Le tour de la France par deux enfants, et très peu le visitaient réellement.

Comme origine du tourisme patrimonial, on peut aussi citer les pèlerinages religieux: depuis le Moyen-Âge, les fidèles se déplacent, parfois sur de très longue distance, pour visiter des lieux saints. On peut citer, dans le christianisme, le Mont-Saint-Michel et Saint-Jacques de Compostelle. Ces lieux sont aujourd’hui patrimoine, toujours très visités, mais moins pour des religieuses.

 

La télévision accompagne cette découverte et stimule le goût pour le tourisme

Découverte de Bordeaux (1966)

Les programmes de télévision ont compris cet engouement des Français pour les richesses des régions, et dès les années 1960, des programmes proposaient régulièrement des petits reportages sur le patrimoine des grandes et moyennes villes de France. Le ton est léger, la forme est celle d’une promenade jalonnée d’étapes historiques ou culturelles, comme quand des habitants font visiter leur ville à des amis de passage.

 

De plus en plus de programmes de télévision se sont mis à proposer des ballades en France à la façon de guides touristiques. On peut citer des émissions comme Des racines et des ailes, des magazines comme Echappées belles, mais aussi dans des jeux télévisés comme Cherchez la France.

Sur le mode de la promenade, ces émissions font découvrir le patrimoine dans toute sa diversité: les monuments, mais aussi le paysage, les traditions, la gastronomie. Les magazines régionaux de la troisième chaîne proposent ce genre de programmes en abondance.

Carte postale de Tulle (1969)

La télévision a de plus en plus assumé son rôle prescripteur en matière de tourisme. Le propos est flatteur et doit donner envie de visiter. Ces reportages sont des incitations au tourisme et ressemblent à de véritables cartes postales. Voir ce reportage sur Tulle:

 

Bilan

Tous ces programmes donnent le sentiment que la France est dotée de vastes richesses culturelles communes, et qu’il n’ a pas une région sans patrimoine, donc pas une seule région qui ne mérite l’intérêt des téléspectateurs ni des touristes.

Fiche: le tourisme patrimonial