Fiche: l’idéalisation de la France

 

fiche analyse

 

à retenir

  • le patrimoine est toujours une sélection
  • le patrimoine se concentre sur le positif
  • le monde rural fait l’objet d’une idéalisation particulière

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  à voir sur ina.fr

  • L’émission La France est à vous avec son générique en imagettes de style naïf représentant une France rurale qui n’existe en fait déjà plus. ▶︎

 

à voir sur Gallica

  • A voir sur Gallica: les deux « albums de la France » publiés par le Touring-Club, richement illustrés de magnifiques photographies de paysages et de monuments français: volume 1 ▶︎ et volume 2 ▶︎

 

 

 

 

 

 

 

  chronologie

  • années 1970: les campagnes en danger ▶︎

 

 

 

 

 

 

 

 

  à voir sur Youtube

  • Un numéro du Village préféré des Français présente Rochefort-en-Terre, village breton très attaché à son passé et ses traditions, qui ressemble à un musée en plein air. Stéphane Bern laisse entendre que le goût du patrimoine donne aux habitants leur gaieté et leur joie de vivre

 

  autres fiches

 

 

 

 

 

 

 

 

 

autres fiches

    • l’identité nationale ▶︎
    • l’identité régionale ▶︎

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi peut-on dire que la mise en valeur du territoire conduit à une idéalisation de la France ?

 

Il s’agit de mettre en lumière une triple idéalisation:

  1. Une idéalisation du territoire
  2. Une idéalisation de la France
  3. Une idéalisation de la nation

 

1. Idéalisation du territoire

Survol de la chaîne des Puys en Auvergne (2016)

Dans les livres et dans les médias, le territoire français est systématiquement présenté comme empli de beauté et de richesses (deux termes souvent employés).

Il s’agit d’une idéalisation: ce qui est montré ne représente pas la totalité du territoire, mais une sélection qui doit donner une image exclusivement positive. La France montrée est une France idéale, qui ressemble à un livre d’images.

 

Voir par exemple: La France est à vous, une émission de télévision de 1976-1977, utilise dans son générique des vignettes de style naïf qui représentent une France rurale, traditionnelle, idéale, une France telle qu’elle apparait dans les livres pour enfants.

 

Cela fait longtemps que les défenseurs du patrimoine utilisent des images et des textes qui idéalisent la France. L’une des plus importantes associations de promotion des monuments et des sites naturels, le Touring-Club de France, donnait dès les années 1930 une vision idéalisée du pays ; dans sa revue, elle publiait des petites vignettes représentant une France idéale, traditionnelle, plutôt rurale, mais qui n’existait pas forcément. Le but était alors de stimuler le tourisme mais aussi de défendre les sites naturels et culturels.

Les guides touristiques sont une influence forte qui déteint sur les manières de présenter le patrimoine, tant sur la la forme (de façon excessivement positive) et sur le fond (avec une vision utilitariste du patrimoine, qui serait un bien à consommer).

Ballade strasbourgeoise (1959)

2. Idéalisation de la France

Parler de patrimoine revient généralement à ne retenir que le positif en occultant tout le reste. Par exemple, ce que la télévision montre et dit ide la France dans les programmes sur le patrimoine est une image déformante dans la mesure où c’est un panorama sélectif du pays.

Les petits villages, en particulier, sont toujours représentés de manière idéalisée. Depuis les « Trente Glorieuses », la concentration des Français dans les villes et l’étalement urbain ont modifié la manière de voir le monde rural, qui est apparu comme un territoire préservé et à protéger :

Autant d’espaces suspendus, loin de la modernité et peut être de la capitale, ilots de résistance et de traditions en perdition. Récits sur « l’espace français » autant que récits sur « le passé des espaces », ces pèlerinages télévisuels signent une jubilation de l’Urbain de découvrir d’autres rythmes ou d’autres valeurs, une autre manière d’appréhender la vie d’autrefois et une ruralité parfois idéalisée, toujours perçue positivement.

Maryline Crivello

Rocamadour en compétition pour être le village préféré des Français (2016)

Ces phrases s’appliquent aux années 1970, mais on trouve encore aujourd’hui à la télévision la même idéalisation des petits villages. Là-bas auraient survécu des valeurs, une authenticité, une convivialité qui auraient disparu des villes. En bref, la vie y serait plus douce, et l’identité française y serait préservée. C’est ce que l’on entend toujours dans le journal de 13h de Jean-Pierre Pernaut, ou encore dans Le village préféré des français. Les images et les discours sur le patrimoine mêlent fréquemment la nostalgie et le sentiment patriotique. Mais en réalité, ces représentations des villages masquent leur difficultés (ou alors la faute est rejetée sur la « modernité »).

 

Cette image déformante a un but évident: elle doit susciter un sentiment de fierté, voire faire aimer la France. Proposer une vision enjolivée de l’histoire et de la géographie française pour faire aimer le pays, cela ne date pas d’aujourd’hui: les manuels scolaires de la IIIe République faisaient exactement cela (avec un but clairement nationaliste).

Enfant, tu vois sur la couverture de ce livre les fleurs et les fruits de la France. Dans ce livre tu apprendras l’Histoire de France. Tu dois aimer la France parce que la nature l’a faite belle et son histoire l’a faite grande.

Ernest Lavisse, Histoire de France. Cours moyen, Paris, Armand Colin, 1912

 

3. Idéalisation de la nation

Cette idéalisation profite aussi au sentiment national. Le discours sur le patrimoine est toujours élogieux et comporte fréquemment une part de chauvinisme. A travers le patrimoine, le génie des artistes et bâtisseurs passés est célébré, et on retrouve souvent l’idée que le patrimoine serait une expression du génie national. Il s’agit d’un récit qui fait abstraction des influences et des mouvements artistiques, qui traversent les frontières (comme les artistes eux-mêmes). Ce récit a pour fonction d’exalter le sentiment patriotique. Grâce au patrimoine, le peuple Français communie dans la célébration de sa propre nation et de son histoire. Mais il faut prendre garde : il s’agit d’un récit qui n’a pas toujours de fondement scientifique et qui fait abstraction de beaucoup de faits de notre histoire.

 

Bibliographie
  • Catherine Bertho-Lavenir, « La France défigurée: protection des sites ou pédagogie politique? », in Jean-Luc Fray et Céline Perol (éd.), L’historien en quête d’espaces. Actes du colloque, Clermont-Ferrand, printemps 2002, Clermont-Ferrand, France, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2004, p. 442.
  • Maryline Crivello, « Des Croquis aux Conteurs. Une sensibilité au passé : mise en images, mise en récits. 1957-1974 », in La télévision des Trente Glorieuses : culture et politique, Paris, CNRS éd, 2007, p. 185‑186.
  • Le Hégarat Thibault, « La nostalgie dans les émissions de télévision sur le patrimoine », Modern & Contemporary France, 23-2, 3 avril 2015, p. 179‑195

 

Fiche: l’idéalisation de la France