Fiche: une entrée vers des sujets plus pointus

 

fiche analyse

 

Sommaire du dossier

  • introduction 
  • un sujet rare 
  • à la découverte des métiers 
  • redécouvrir les œuvres d’art 
  • sauver les œuvres 
  • les œuvres d’art au crible des scientifiques… ►
  • …et de leurs appareils fantastiques 
  • les caméras de télévision dans les laboratoires 
  • une entrée vers des sujets plus pointus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A voir sur ina.fr

  • « Pour ou contre Viollet-le-duc? » un numéro de Chefs d’oeuvre en péril de 1979 entièrement consacré à cette question

 

 

Comment la thématique des sciences permet-elle d’aborder des sujets plus pointus ?

 

Même si les médias généralistes cherchent en permanence à simplifier les sujets dont ils traitent, parler des sciences de la conservation est aussi un moyen d’entrer dans des domaines un peu plus pointus.

La préservation du patrimoine est un sujet fréquemment évoqué à la télévision, mais seulement sous un certain angle. On compte un grand nombre de reportages sur les artisans (tailleurs de pierre, doreurs…) qui interviennent sur le patrimoine; mais il s’agit ici de restauration, non de préservation.

La télévision montre à l’inverse très rarement les moyens de préserver le patrimoine. Les rares émissions sur les sciences sont ainsi une contribution à la compréhension de la préservation du patrimoine en montrant les hommes et les femmes qui s’y consacrent.

La science au secours des vitraux (1980)

 

Laurent Broomhead, avec l’exemple de la statue « sous perfusion », explique la différence, pour les téléspectateurs, la préservation (qui conserve) de la restauration (qui refait).

 

 

Le mérite de ces programmes est aussi de dévoiler une partie des questionnements qui animent le milieu scientifique. Par exemple, Laurent Broomhead s’interroge: dans quel état faut-il restaurer une œuvre, dans son état originel ou dans celui que connait le public du XXe siècle? Sur le plateau de La marche du siècle, un restaurateur aborde la notion de réversibilité, qui est au cœur de son travail, et que les téléspectateurs méconnaissent certainement.

Autre exemple, une émission de Chefs d’œuvre en péril sur Viollet-le-Duc expose un débat qui divise les experts depuis longtemps: les restaurations de cet architecte doivent-elles être détruites? Cette émission permet de montrer aux téléspectateurs l’existence de ces débats et les arguments qui s’opposent. Pierre de Lagarde fait intervenir les historiens d’art Bruno Foucard, Yvan Christ et Michel Jantzen. Ce n’est pas la première fois qu’il donne la parole à des historiens de l’art : certains, très réputés, comme Alain Chastel et René Huyghe, sont déjà venus dans son émission. Avec un sujet aussi pointu, le risque de perdre le téléspectateur en chemin existe, mais il est minimisé par le choix d’un monument très populaire comme la cathédrale Notre-Dame de Paris.

 

Fiche: une entrée vers des sujets plus pointus