Une décharge sauvage à Franconville (1972)


« Forêt de Franconville »
La France défigurée
19/03/1972
2e chaîne

 

Nous vous avons montré ce qu’est devenue la forêt de Franconville. Si nous n’y prenons pas garde on peut sérieusement se demander si ce n’est pas la France entière qui sera bientôt transformée en dépotoir.

Comment cette vidéo éclaire le patrimoine?

Cette semaine, l’équipe de La France défigurée s’est rendue dans la forêt qui sépare Franconville de Cormeil-en-Parisis, dans le Val-d’Oise, où se trouve depuis peu une décharge sauvage. Les journalistes s’indignent de ces comportements irrespectueux de l’environnement, et même dangereux pour les enfants. Au delà de Franconville, ces comportement tendraient à se généraliser à l’ensemble du territoire, et les journalistes s’en inquiètent. La gendarmerie, dont c’est le rôle de traquer ces délits, met en garde les contrevenants qui regarderaient la télévision.

Il est possible de voir, dans les témoignages des enfants leur sensibilité croissante aux questions d’environnement dans les années 1970. On notera toutefois que la forêt est davantage considérée dans ce reportage comme un lieu de récréation pour le citadin que comme un milieu naturel à préserver pour lui-même; c’est ce qu’on peut appeler une vision utilitaire de la nature.


Commentaires

Analyse média

Consacrée aux questions d’environnement et de cadre de vie, la collection La France défigurée était une émission pionnière, à la télévision, sur un grand nombre de sujets comme la publicité ou les pollutions, ou ici les ordures. Elle est toutefois ambiguë sur la question des déchets, et préfère blâmer les citoyens irrespectueux plutôt que de s’interroger sur la responsabilité de la société de consommation dans son ensemble. Au final, les journalistes Louis Bériot et Michel Péricard ne demandent pas de réduire la production d’ordures par un changement de mode de vie de la société française mais de changer la façon de gérer les déchets, de leur stockage à leur enfouissement. La France défigurée a une approche de l’écologie qui s’accorde avec la vision des dirigeants politiques de cette époque, et qui est compatible avec la société de consommation et l’économie productiviste.

Détail à noter
Une séquence en dessin animé montre avec humour les difficultés qu’aurait un Français à se débarrasser d’un matelas usagé ailleurs que dans une décharge sauvage. La France défigurée a utilisé à quelques autres reprise ce genre de procédé pédagogique pour illustrer les problématiques liées à l’environnement.

Plus de vidéos
Dans la Patrimathèque
Une autre émission montre les habitants du village Laguépie qui luttent contre les pollutions et nettoient les ordures qui se sont accumulées dans leur environnement ▶︎


Sur ina.fr

Trois autres vidéos de La France défigurée sur des décharges sauvages: à Gilocourt ▶︎ et à Carrière sur Seine ▶︎ ▶︎

Thématiques à explorer
#années 1970: la nature est un patrimoine ▶︎
#le patrimoine naturel
 ▶︎

Qui est-ce?
Fiche biographique de Louis Bériot et Michel Péricard ▶︎


Document bonus
Michel Péricard, co-créateur de l’émission, dénonçait les pollutions et les décharges dans une interview de 1972 ▶︎


A découvrir
Quelques lieux remarquables à découvrir à Franconville ▶︎


Idée de visite
Des idées de promenades dans les Yvelines ▶︎


Une décharge sauvage à Franconville (1972)

Michel Péricard critique les pollutions

 

   

Photo Télé 7 Jours 1972: "Partout les dépôts d’ordures à ciel ouvert prolifèrent. Les municipalités semblent impuissantes devant cette invasion."

     « Chaque année, des millions de touristes viennent admirer nos richesses, architecturales et naturelles, lesquelles risquent, d’ici à la fin de ce siècle, de subir d’irréparables dégradations. Et si les Français sont maintenant sensibles aux problèmes de la pollution de l’air, des rivières et des mers, ils le sont beaucoup moins à ceux des « pollutions esthétiques » de leur pays : contre 55% qui se déclarent concernés par la pollution de l’air, par exemple, seulement 3% sont inquiets de l’enlaidissement du paysage de leur ville ou de leur village.

     Je pense qu’il est urgent d’informer le public et de combattre une certaine inconscience des particuliers et des pouvoirs publics.

     Les problèmes d’environnement doivent être la grande préoccupation politique des vingt prochaines années car ce sont eux qui conditionnent toute notre vie. »

 

Michel Péricard, entretien avec Geneviève Coste, « Mille téléspectateurs de "La France défigurée" dénoncent chaque mois les scandales », Télé 7 jours du 29 octobre 1972