La science au secours des statues (1980)

« La science au secours de l’art »
Objectif demain
16/01/1980
Antenne 2

 

Le patrimoine est parfois en danger, parfois en péril, alors la science vient à son secours.
(Laurent Broomhead au tout début de l’émission)

Comment cette vidéo éclaire le patrimoine?

Cette séquence prend place dans une émission consacrée à la manière dont les sciences physiques et chimiques permettent de sauver des œuvres du patrimoine. Les dégradations que subissent les statues sont de plusieurs nature: elles peuvent être rongées de l’intérieur, ou attaquée à l’extérieur par des agents polluants présents dans l’atmosphère.

Le journaliste Laurent Broomhead présente plusieurs traitements qui permettent de prolonger la vie de statues, qu’elles soient en bois, en marbre, en pierre ou en terre cuite.

Dans le cas du bois, c’est une résine synthétique qui est injectée pour consolider et stopper les dégradations internes.

Dans le cas de la pierre, l’immersion de la statue dans une solution déminéralisée permet de nettoyer la crasse superficielle sans endommager la pierre; c’est ce que l’on peut voir lors d’un duplex organisé avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques.

Enfin, dans le cas du marbre, une solution peut-être de ne plus laisser les statues en extérieur. C’est ce que montre un petit sujet filmé sur es Chevaux de Marly, quatre statues exposées à l’air libre dans Paris et qui se dégradent très vite faute d’entretien.

(Une séquence ultérieure de l’émission montrait comment les rayonnements du cobalt, un agent radioactif, pouvaient préserver une statue dans laquelle a été injecté un polymère.)


Commentaires

Analyse média

Comme beaucoup d’autres émissions à l’occasion de l’Année du Patrimoine, le magazine Objectif demain s’est consacré le temps d’une soirée à la problématique du patrimoine. Il s’agit alors du principal programme de vulgarisation scientifique d’Antenne 2, et c’est donc sous l’angle des sciences que le sujet a été traité.

S’agissant d’une émission de vulgarisation scientifique, les journalistes utilisent un vocabulaire technique un peu précis, mais ils ont toujours le souci d’être pédagogiques: cela se voit avec l’utilisation d’agrandissements photographiques par exemple.

Détail à noter
Dans la séquence avec la statue sous perfusion c’est Laurent Broomhead lui-même qui fait la démonstration. Habituellement dans ce genre d’émission, le journaliste est seulement dans le rôle du passeur de savoir ; ici il fait le travail du scientifique.

Plus de vidéos
Dans la Patrimathèque
Un autre extrait de cette même émission concerne les techniques de nettoyage et de conservation des vitraux d’église ▶︎


Sur ina.fr

Un reportage de 1959 s’inquiétait de la dégradation des statues égyptiennes de la vallée de la Nubie, exposées aux éléments, au vandalisme, mais aussi à l’eau depuis que le barrage d’Assouan a englouti une partie de la vallée ▶︎

Thématiques à explorer
#le patrimoine religieux ▶︎
#les beaux arts
 ▶︎
#les métiers du patrimoine
 ▶︎
#les sciences
 ▶︎

Document bonus

Lisez la façon dont la chaîne Antenne 2 a annoncé cette émission en la reliant à l’Année du patrimoine ▶︎


A découvrir

Le laboratoire de recherche des monuments historiques ▶︎


Idée de visite

Le musée de l’Œuvre Notre-Dame à Strasbourg expose une riche collection de statues médiévales ▶︎


La science au secours des statues (1980)

Bulletin de presse Antenne 2

Mercredi 16 janvier 1980 22h00
« Objectif Demain »
« Le magazine des sciences et des techniques n°5 »
« La science au secours de l’Art »
 
Proposé et présenté par Laurent Broomhead
Enquête de Marie-Françoise de Pange
Maquette, animation : Denis Dugas
Actualité : Pierre Kohler
Réalisation : Jean-Pierre Spiero

    1980 est l’année du Patrimoine en France. Et de fait le patrimoine artistique français est riche ; mais bon nombre d’œuvres d’art sont en danger.  Certaines sont rongés par la pollution, d’autres sont maltraités par l’homme, d’autres plus simplement n’ont pas été conçues pour résister au temps.
    Des scientifiques s’affairent à leur « chevet » pour tenter de sauver ce qu’il est encore possible de sauver.  Dans certains cas la situation est désespérée. Pourtant les chercheurs ne désespèrent pas et mettent en jeu des techniques de plus en plus sophistiquées pour donner une seconde vie à ces vitraux creusés de cratères, mangés par les champignons et les algues microscopiques, à ces statues de bois ou de pierre transformées en éponges, à ces peintures rupestres qui disparaissent peu à peu dans les grottes sous les yeux même des conservateurs.
 Au cours de l’émission nous découvrirons sur le plateau, et en direct, ces merveilles de l’are, partiellement détruites par la civilisation. Nous découvrirons des gros plans de la surface des vitraux au microscope électronique. Nous verrons cette statue sous perfusion.
    Une caméra nous fera un pénétrer en direct dans l’un de ses hôpitaux pour œuvres d’art malades. A Champs-sur-Marne, au Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, les meilleurs spécialistes du diagnostic nous exposerons les plus récentes technique : traitement des pierres par immersion dans l’eau déminéralisée, analyse bactériologique, vieillissement artificiel, analyse des composants…
    Un reportage réalisé à Grenoble, au Centre d’Etudes Nucléaires, nous montrera comment les rayons gamma permettre de restaurer les statues. Nous y découvrirons aussi la momie de Ramsès II, qui a été traitée.
    Avec les invités, et en particulier Marcel Stefanaggi, chef du laboratoire Champs-sur-Marne, nous nous poserons les questions suivantes : quelle est l'origine du mal ? L’homme ou sa pollution ? Les divers traitements présentés sont ils sont danger ? Ne risque-t-on pas de truc elle œuvre ? Y a-t-il des accidents, des échecs ? Pourquoi sauver des œuvres d’art que le public ne voit plus jamais ? Que penser des doubles exposés, comme c’est déjà le cas pour des grottes préhistoriques.