Le beffroi d’Amiens candidat au patrimoine de l’Unesco (2005)

« Le beffroi d’Amiens candidat au patrimoine de l’Unesco »
JT Picardie Soir
11/07/2005
1ère chaîne

 

Symbole du pouvoir communal face à celui des seigneurs ou de l’Eglise, aujourd’hui les beffrois restaurés sont le symbole d’une identité urbaine.

Comment cette vidéo éclaire le patrimoine?

Le beffroi d’Amiens sera-t-il classé au patrimoine mondial de l’UNESCO? Dans l’attente de la réponse, les équipes de FR3 Picardie ont réalisé ce court reportage sur le monument candidat à ce label. Un label si important, comme le rappelle le directeur du patrimoine d’Amiens, pour le tourisme notamment. Ce monument est déjà considéré comme un patrimoine national français, mais il mériterait (selon ses défenseurs) une reconnaissance internationale.

Le beffroi date du XVe siècle (et non du XIVe comme on l’entend dans le sujet), siècle et a subi beaucoup de dommages depuis, mais il est toujours debout, après avoir été notamment une prison, mais sonnant toujours l’heure au fil des ans. En 2005, à la date de ce document, le beffroi est un des symboles d’Amiens et fait partie de l’identité de la ville.


Commentaires

Analyse média

L’actualité du patrimoine fait généralement l’objet d’un sujet de JT, comme ici l’attente d’une instance de classement. Un classement à l’UNESCO est généralement un événement qui fait à son tour l’objet d’un reportage. Il s’agit surtout d’un genre de reportage que l’on trouve à la télévision régionale..

Détail à noter
détail

Plus de vidéos
Dans la Patrimathèque
Un petit sujet sur la cathédrale d’Amiens diffusé pendant le Tour de France ▶︎


Sur ina.fr

Un sujet à l’occasion du classement par l’UNESCO de la cathédrale de Chartres comme patrimoine mondial ▶︎

Thématiques à explorer
#le patrimoine civil urbain ▶︎
#l’UNESCO
▶︎

Document bonus
Une carte des 42 sites français classés par l’UNESCO ▶︎


A découvrir
Le beffroi d’Amiens ▶︎


Idée de visite
Le patrimoine à découvrir à Amiens ▶︎


Le beffroi d’Amiens candidat au patrimoine de l’Unesco (2005)