Les salles de cinéma sont un patrimoine en danger (1991)

« Les cinémas »
Chefs d’œuvre en péril
29/08/1991
Antenne 2

 

Ça m’inspire une grande responsabilité car je crois qu’il faut conserver ces lieux et faire en sorte que les générations futures les connaissent.
(Elisabeth Dauchy, propriétaire de la salle de cinéma La Pagode)

Comment cette vidéo éclaire le patrimoine?

Pierre de Lagarde présente dans ce numéro le patrimoine cinématographique. Il passe en revue les lieux majeurs de l’histoire du septième art, et d’abord les salles de cinéma: Gaumont Palace, Louxor, la Pagode, et évoque les studios de Méliès à Montreuil.

Les témoins, passionnés de cinéma, évoquent l’historique de ces salles depuis les années 1930, leurs particularités, l’ambiance des projections de cette époque, mais aussi les techniques comme l’orgue de cinéma.

Les salles de cinéma sont un patrimoine qui se distingue des genres plus connus : par leur fonction récréative et par leur décor atypique, souvent exotique et très chargé. Et pourtant, les intervenants de l’émission en parlent comme tout passionné évoque les autres catégories de patrimoine.

Pierre de Lagarde se rend également dans un lieu de conservation des films, le fort de Saint-Cyr à Bois-d’Arcy, important pour comprendre la patrimonialisation des œuvres de cinéma. Là, un restaurateur de supports filmiques des archives des films présente son travail.

D’autres patrimoines sont évoqués: des collections de films, des collections d’appareils de prise de vue et de projection, des costumes de cinéma..


Commentaires

Analyse média

Pierre de Lagarde, jusqu’aux années 1990, s’en tient à une définition resserrée de la notion de patrimoine et a toujours privilégié les « vieilles pierres ». Ce numéro de Chefs d’œuvre en péril consacré aux salles de cinéma du début du XXe siècle confirme que l’évolution de la notion de patrimoine est indéniable, et Pierre de Lagarde l’admet également. Toutefois, par le passé, il avait admis que certaines constructions du XXe siècle méritaient le titre de « chefs d’œuvre ».

Détail à noter
Il s’agit d’une des toutes dernières émissions de Chefs d’œuvre en péril avant que le programme ne s’arrête. Elle fut diffusée dans la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 août 1991, à 1h30.

Plus de vidéos
Dans la Patrimathèque
Revoir la toute première émission de Chefs d’œuvre en péril permet de mesurer le chemin accompli par la notion entre 1964 et 1990 ▶︎


Sur ina.fr
Un documentaire sur Henri Langlois, fondateur de la Cinémathèque française, qui a fait beaucoup pour la conservation du cinéma ▶︎

Thématiques à explorer
#l’architecture des XIXe et XXe siècles ▶︎
#le patrimoine technique
 ▶︎
#les métiers du patrimoine
 ▶︎
#biographie: Pierre de Lagarde
 ▶︎

Document bonus

Lisez la façon dont la chaîne Antenne 2 a annoncé cette émission, l’une des dernières de la série  ▶︎


A découvrir
Le cinéma La Pagode ▶︎


Idée de visite
Une visite de Paris autour du thème du cinéma ▶︎


Les salles de cinéma sont un patrimoine en danger (1991)
Bulletin de presse Antenne 2 de la semaine du 24 au 30 août 1991
 
 
    Mille neuf cent trente, c’est l’âge d’or du cinéma. Symbole de ce cinéma triomphant, le Rex à Paris, immense cathédrale où, enfin, le septième art invente sa propre architecture. C’est aussi le Ranelagh, de style Renaissance, où(sic) encore la Pagode, éphémère ambassade voulue par les Chinois. Malheureusement, peu de salles de cette époque glorieuse sont parvenues jusqu’à nous.
    Salles malmenées, défigurées, vendues à l’encan, on ne compte plus les victimes de la baisse de fréquentation, et des politiques incohérentes, menées par les propriétaires et les exploitants. Si à Paris, l’Eldorado est aujourd’hui désaffecté, le Ney est devenu quant à lui, le temple du petit commerce. Mais la destruction la plus scandaleuse reste celle du Gaumont, le plus grand cinéma parisien. Aujourd’hui il a fait place à un complexe hôtelier.
    Autre sujet de préoccupation : l’état des studios de tournage. Montreuil lieu privilégié pour Méliès, a entièrement disparu. Joinville est à la casse. Francoeur, est délaissé.
Enfin, les costumes. Longtemps ils furent abandonnés et jetés. Aujourd’hui ils sont conservés et restaurés.
    Mais, l’image la plus symbolique de l’intérêt que l’on porte aujourd’hui à la mémoire cinématographique, est le musée de la cinémathèque, fondé par Henri Langlois, à qui l’on doit la conservation de tant de films.