Le cœur de Nantes a été rénové (1978)

« Nantes en plein coeur »
22/09/1978
FR3 Rennes

 

On veut montrer à la population qu’il faut aller voir derrière les façades.

Comment cette vidéo éclaire le patrimoine?

Ce court documentaire rend compte des travaux engagés dans les centre-villes depuis la deuxième moitié des années 1960. Après la création d’un secteur sauvegardé à Nantes, plusieurs édifices ont été restaurés. Pour autant les travaux ne sont pas achevés, et plusieurs hôtels particuliers sont décrits dans un état critique.

Le documentaire montre comment des lieux emblématiques de Nantes ont été préservés et remis en valeur : la place du Bouffay, le passage Pommeraye. Des rues piétonnes commerçantes permettront d’éviter l’impression de muséification de la ville.


Commentaires

Analyse média

Face aux critiques, un architecte s’exprime sur les manières d’intégrer l’architecture contemporaine dans des quartiers anciens. Ce sujet va devenir de plus en plus présent dans les médias dans les années 1980 avec des travaux d’aménagement des centres anciens (par exemple le parvis de la cathédrale de Reims, le Palais Royal ou la pyramide du Louvre à Paris).

Plus de vidéos
Dans la Patrimathèque
Un quartier ancien qui, à la même époque, attend toujours d’être remis en état : Saint-Leu, à Amiens ▶︎


Sur ina.fr

Il y avait une volonté très affirmée dans les années 1970 pour remettre en état les quartiers anciens ▶︎

Thématiques à explorer
#la métamorphose des quartiers anciens ▶︎

Document bonus

Une description de Nantes par l’artiste André Breton  ▶︎


A découvrir

Le Passage Pommeraye à Nantes ▶︎


Idée de visite

Le tourisme à Nantes ▶︎


Le cœur de Nantes a été rénové (1978)
Nantes par André Breton


Nantes : peut-être avec Paris la seule ville de France où j’ai l’impression que peut m’arriver quelque chose qui en vaut la peine, où certains regards brûlent pour eux-mêmes de trop de feux (je l’ai constaté encore l’année dernière, le temps de traverser Nantes en automobile et de voir cette femme, une ouvrière, je crois, qu’accompagnait un homme, et qui a levé les yeux : j’aurais dû m’arrêter), où pour moi la cadence de la vie n’est pas la même qu’ailleurs, où un esprit d’aventure au-delà de toutes les aventures habite encore certains êtres, Nantes, d'où peuvent encore me venir des amis, Nantes où j'ai aimé un parc : le parc de Procé.
 
André Breton, Nadja, 1928