Une notion toujours plus proche des Français

Ce que l’on entend ici par « proche » est à la fois une proximité:

  • Temporelle
  • Physique ou géographique
  • Symbolique

La proximité temporelle: un patrimoine de plus en plus « jeune »

      Jusqu’au milieu du XXe siècle, l’ancienneté conférai une valeur énorme aux objets et aux édifice des beaux arts et du patrimoine. A partir du milieu du siècle, progressivement, les spécialistes vont considérer comme patrimoine des objets qui ne sont pas issus d’un passé lointain.

     Le ministre des Affaires culturelles André Malraux avait déjà lancé le mouvement, et ses successeurs ont suivi.

     Quelques exemples de patrimoine du XIXe siècle et du début du XXe siècle (et leur date de classement au titre des monuments historiques ❖):

– Le viaduc de Garabit, par l’ingénieur Gustave Eiffel, achevé en 1884 (❖1965)
La villa Savoye à Poissy dessinée par Le Corbusier et datant de 1929 (❖1965) 
– La chapelle Notre-Dame-du-Haut, du même Le Corbusier de 1955 (❖1967) 
– Le « Palais idéal » du facteur Cheval édifié de 1879 à 1912 (❖1969) 
– La bibliothèque Saint-Geneviève de l’architecte Henri Labrouste inaugurée en 1851 (❖1992) 

     Il y a donc d’une certaine façon un rajeunissement du patrimoine au fil du temps puisque s’ajoutent des monuments de plus en plus récents. Ainsi en 2000, les villas de style art-déco du Corbusier ou de Mallet-Stevens étaient visitées lors des Journées du Patrimoine.

 

La proximité géographique: le patrimoine régional à l’honneur

     Depuis les années 1990, le public français est fortement intéressé par le patrimoine régional. Pour autant, on ne peut pas dire que le patrimoine national (celui des grands monuments historiques) est démodé.

     Cela est dans la continuité de la reconnaissance du petit patrimoine local et rural (objets du quotidiens, outillage ancien…) qui a début dans les années 1970. Au fil des ans, les Français ont compris que leur espace de vie regorgeait de richesses, et que leur identité régionale – à laquelle ils sont attachée – s’incarnait dans des lieux et des édifices sur leur territoire. Pour exemple, le musée de la Bresse était destiné à faire connaitre et honorer la civilisation rurale de Bourgogne.

Chronologie: l’émergence du « petit » patrimoine dans les années 1970

    Cet engouement, la télévision y participe: si les JT parlent de plus en plus du patrimoine, c’est surtout dans les éditions régionales de France 3. Or de quel patrimoine parlent surtout les JT régionaux? De celui qui est dans la région concernée. (voir le graphique ci contre)

 

La proximité symbolique

     Avec l’invention du patrimoine de proximité et du patrimoine vernaculaire, le patrimoine est plus visible et moins distant, d’une certaine manière moins sacralisé également. On peut dire qu’il s’est métaphoriquement rapproché des Français.

     Suite à l’explosion de sa popularité au cours de la décennie précédente, dans les années 1990 le patrimoine est partout: dans tous les médias, dans l’espace public comme dans les médias. A la télévision par exemple, il est dans tous les programmes, surtout dans les JT, et jusque dans les retransmissions du Tour de France.

Vidéos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’architecture du XXe siècle se visite lors des Journées du Patrimoine (2000)

 

 

 

Un musée de la civilisation rurale dans la Bresse (1995)

 


Le patrimoine est beaucoup plus présent dans les JT régionaux que dans les éditions nationales.

Etape à Brive-la-Gaillarde en marge du Tour de France (1997)

 

Suite