De la Révolution Française au XXe siècle

 

 

 

 

La Révolution Française

     C’est à ce moment que tout débute. Des Révolutionnaires révoltés s’en prennent aux possessions des privilégiés que sont les nobles et les religieux. Plusieurs églises et demeures sont pillées, quand d’autres, abandonnées, vont dépérir en quelques années. Ce « vandalisme » révolutionnaire va inspirer à des intellectuels le désir de protéger les édifices remarquables pour la postérité.

Fiche: le vandalisme

     C’est donc à la Révolution Française que nait l’idée de la patrimonialisation, c’est à dire la conservation transmission d’objets venus du passé.

     On peut toutefois remonter un peu en arrière pour trouver les prémices de l’idée de patrimoine. A la Renaissance, les princes européens (nobles et rois) ont commencé constituer de grandes collections privées d’objets d’art, qui sont à la fois l’origine des musées et d’une certaine façon du patrimoine.

     Encore plus en arrière, on peut aussi mentionner, depuis le Moyen-Âge dans la religion chrétienne, le culte voué aux reliques, ces restes humains censé appartenir à des personnages saints. Les reliques sont conservées dans les églises et vénérées par plusieurs générations successives de croyants, il y a donc déjà un acte de transmission.

     Enfin, ne faut-il pas aussi évoquer les « regalia », des objets symboliques du pouvoir monarchique que les rois se sont transmis d’un règne à l’autre, d’une dynastie à l’autre? Ces objets (la main de justice, le sceptre royal, le manteau royal) sont aujourd’hui conservés à la basilique de Saint-Denis.

 

La première moitié du XXe siècle

     Dans la première moitié du XXe siècle, la notion de patrimoine n’existe pas encore telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le terme lui-même est encore peu employé, ou alors avec un tout autre sens: celui de l’héritage transmis par les parents et de la richesse accumulée par un individu, un sens économique donc. Au lieu de patrimoine, les spécialistes qui s’y intéressent parlent plutôt de « monuments historiques ». Il existe d’ailleurs depuis les années 1830 une administration des monuments historiques chargé de leur étude et de leur préservation. Cette institution est l’ancêtre de tous les dispositifs nés dans la deuxième moitié du XXe siècle, et l’expression « monuments historiques » s’est imposée jusqu’au milieu du siècle pour ce qu’on appellera, ensuite, patrimoine.

Fiche: l’histoire du mot « patrimoine »

 

Bibliographie
  • Arlette Auduc, Quand les monuments construisaient la Nation : le service des monuments historiques de 1830 à 1940, Comité d’histoire du ministère de la Culture, La Documentation Française, 2008.
  • Dominique Poulot, Une histoire du patrimoine en Occident, XVIIIe-XXIe siècle: du monument aux valeurs, Paris, Presses universitaires de France, 2006.
Médias

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nombre d’édifices classés « Monument Historique » depuis le XIXe siècle

 

 

 

 

Suite